1 - C’est au-delà de nos enfermements

 

et de nos multiples conditionnements,

 

que se trouve la vérité.

 

- Depuis les temps les plus anciens, les êtres humains, comme les animaux, sont conditionnés par leurs espace-temps respectifs. C’est une identification à l’aspect extérieur de l’être, et c’est un processus cosmique. L’identification est inhérente premièrement à la forme, puis aux émotions et aux idées. On s’identifie à un corps, à un métier, à une cause. On adhère au définissable, et on oublie son propre Soi, la vérité transcendante. Quant aux enfermements, c’est une attitude commune à tous les êtres humains qui sont persuadés d’avoir raison, alors qu’ils n’ont qu’une vision fragmentaire de l’être.

2 - Réaliser cette vérité transcendante,

 

est le but même de notre existence.

 

- Autrement nous ne sommes que des animaux qui tâchons, tant bien que mal, tout le long de notre vie, à assouvir seulement nos besoins et nos désirs. Sans cet aspect transcendant de l’être, notre vie n’a pas de sens, pas de finalité, si ce n’est que le néant.

 

3 - C’est la tâche de toute une vie,

 

et cela demande une vraie consécration.

 

- Si nous ne mettons pas Dieu à la première place dans notre existence, nous n’avons en vérité, que très peu de chance de réaliser notre divinité durant notre vie terrestre. Cela demande que nous nous tournions vers l’essentiel, et par là-même, que nous détournions notre regard du superficiel. Cela demande aussi une grande force intérieure, une vraie consécration, tant le caractère hypnotique du monde est puissant.

   

4 - Nous devons tout d’abord

 

faire de la recherche spirituelle notre priorité.

 

- Les réponses seront données à tous ceux qui se posent des questions (pertinentes) sur les enseignements des grands maîtres spirituels. En effet, pour pourvoir accéder à la connaissance spirituelle, il faut initialement avoir un intérêt pour la spiritualité, sinon cela est impossible. La connaissance est enveloppée d’ignorance, c’est pourquoi tous les êtres humains sont égarés dès la naissance. A moins de rencontrer un véritable maître spirituel qui nous ouvre les yeux, nous devons étudier les écrits des grands sages et des grands saints qui nous ont précédés, et qui ont décrit leurs propres expériences spirituelles.    

 

5 - Puis nous devons nous tourner

 

vers notre Seigneur avec foi et humilité.

 

- Seul notre Seigneur est digne d’être adoré. Lui seul peut nous combler ! Jamais un être fini ne pourra être comblé par un autre être fini sur cette terre. La dévotion est un amour ardent pour notre Seigneur, et dans cette adoration le vrai dévot participe déjà à sa félicité. Dieu étant le but même de notre existence, rien ne peut être comparé à cette réalisation spirituelle.   

 

6 - En finalité, nous devrons complétement

 

renoncer à nous-même et à nos fausses identifications. 

 

- Nos différentes identifications sont autant de voiles qui masquent en permanence le Soi, notre Seigneur intérieur. Aussi, renoncer volontairement à ces fausses identifications, reconnaître la forme pour ce qu’elle est réellement, le lieu où se révèle le fond, nous ouvrent toutes grandes les portes de cette réalisation.  

 

7 - C’est à ce prix-là seulement,

 

que nous pourrons nous libérer de l’illusion de la dualité,

 

et réaliser notre divinité.

 

- Pour toute chose il faut payer un prix, et la réalisation spirituelle n’échappe pas à cette règle. Le moi (le définissable, notre petite personne), est l’offrande suprême déposée sur l’autel du Divin. Avant j’étais moi être limité et mortel. Maintenant je suis Lui, être infini et éternel. J’ai retrouvé ma véritable identité. 

 

A l'heure actuelle...

Retour à l'accueil