1 - Bien sûr, vous pouvez toujours nier Dieu,

et vous moquer de la religion ;

mais vous devez savoir,

qu’arrivé au terme de votre existence,

il n’existe que deux voies :

celle qui mène à Dieu,

et celle qui conduit au néant.

- Sur le plan individuel, nous pouvons toujours, par orgueil ou par ignorance, nier Dieu, et nous détourner de la religion ; c’est une orientation personnelle. Mais sur le plan collectif, nous vivons à une époque tellement anti-spirituelle, que les religions sont le plus souvent présentées, soit comme des croyances et des enfermements, soit comme des outils de propagande et de domination. Cela montre combien nous sommes conditionnés par nos différents espace-temps respectifs, et combien il est difficile actuellement de suivre ce chemin de la réalisation spirituelle.   

 

2 - C’est à vous de faire le choix,

c’est là votre libre arbitre.

- Néanmoins, le libre arbitre a été donné à l’être humain pour qu’il se positionne vis-à-vis de son Seigneur. Et si les hommes ne trouvent plus Dieu actuellement, c’est qu’ils ne Le cherchent pas vraiment. Or il a été écrit : « Cherchez, et vous trouverez », « Frappez, et on vous ouvrira ».

 

3 - Ceux qui assassinent leur âme,

ceux qui nient l'amour,

et ceux qui entraînent les autres sur la voie du néant,

ce sont eux les vrais perdants,

même si leurs vies durant,

ils n'ont cessé d'accumuler des richesses.

 - Il est facile de vivre que pour soi, que pour sa petite personne, sans trop se poser de questions. Plus le sens du moi et du mien est fort chez un individu, plus il Lui est difficile de se prosterner devant son Seigneur et de L’adorer. Aussi, l’égoïsme et le manque d’empathie sont en fait, les deux véritables causes de notre chute.

 4 - Ils se sont illusionnés les uns les autres ;

la vraie richesse c’est l’amour,

et la vie spirituelle conduit à la vie éternelle.

 

- A notre mort nous serons jugés sur l’amour. Le manque d’amour est une sorte de racornissement de notre cœur, d’obscuration de la conscience. Quant à la vie éternelle, c’est la félicité même.

 

5 - C’est ainsi que nous devenons ce que nous pensons,

 

lumineux, si nous nous tournons vers la lumière, 

 

ténébreux, si nous nous tournons vers les ténèbres.

 

- Avec nos pensées nous créons le monde. Là où se placent nos pensées, là se placent nos énergies et nos champs d’expérience. Dans le domaine spirituel, comme dans n’importe quel autre domaine, la pensée est maîtresse, et se concrétise avec le temps.

 

 

A l'heure actuelle...

Retour à l'accueil